L'album du globe-trottefer EOLE, RER ligne E :
Une énergie EOLiEnne pour aérer les transports ferroviaires en Île-de-France ?

Une énergie EOLiEnne ? Genèse de la 5ème ligne de RER
EOLE pratique : plan de la ligne
EOLE pratique : correspondances
EOLE pratique : fréquences
EOLE pratique : temps de parcours
Améliorations et extensions
Autre dossier : RER+TGV = FILIA ?

Rame MI2NLe 12 juillet 1999 est inaugurée la cinquième ligne de RER, EOLE de son nom d'origine (pour Est-Ouest Liaison Express), ou tout simplement ligne E, pour reprendre la terminologie officielle (de le même manière que METEOR est devenu la ligne 14 du métro). Ce RER relie les gares St-Lazare et Paris-Nord à la proche banlieue Est (Chelles-Gournay et Villiers-sur-Marne). Les rames MI 2 N spécialement créées pour l'occasion partiront de la nouvelle gare « Haussmann-St-Lazare », située entre Paris-St-Lazare et Auber, fileront à travers le tunnel menant à l'autre gare Eolienne nouvelle, dénommée « Magenta » et desservant Paris-Nord, avant de rejoindre l'air libre, les voies de la banlieue Est. Au-delà de Noisy-le-Sec, Eole se scinde en deux branches, l'une vers Chelles-Gournay sur la ligne de Meaux; l'autre emprunte la ligne de Tournan vers Villiers-sur-Marne. La branche Chelles est desservie à partir du 14 juillet, la branche Villiers devant attendre le 30 août.

Quelques chiffres clés : 170.000 voyageurs attendus quotidiennement / 30.000 voyageurs par heure dans chacune des gares Haussmann et Magenta aux heures de pointe / 53 nouvelles rames MI 2 N / coût des travaux 8,125 milliards FF (surcoût de 2 milliards en raison de sérieux problèmes géologiques), financés à 40 % par l'État, 40 % par la région IDF et 20 % par la SNCF.

Haut de la page

Genèse de la cinquième ligne de RER

Au cours des années 80, l'histoire du RER est marquée par une forte crise de croissance qui affecte notamment la ligne A, qu'il devient urgent de soulager par des solutions « externes » : c'est-à-dire de nouvelles liaisons, tandis que les solutions « internes », renforcement des fréquences sur le tronçon central Nanterre Vincennes, atteignent vite leurs limites. Très vite, deux solutions, représentatives de deux philosophies, se retrouvent face-à-face.

On le voit, alors que les besoins de nouvelles liaisons concernent de moins en moins Paris intra-muros, déjà fortement maillé par 13 lignes de métro et 4 lignes de RER, et de plus en plus la banlieue (le succès du RER en témoigne), le projet Eole, s'il est techniquement et esthétiquement moins « smart » (pas d'automatisme et de portes pallières sur les quais, un RER des plus classique), est mieux adapté que Météor. Mais voilà, Michel Rocard, Premier ministre de l'époque, décide en 1989 de lancer ces deux projets concurrents de la RATP et de la SNCF en même temps !

Météor, la ligne 14 du métro, voit le jour (si l'on peut dire pour une ligne intégralement souterraine !) le 15 octobre 1998 entre Madeleine et la Bibliothèque F. Mitterrand (le tronçon Madeleine St-Lazare devant attendre 2003). Neuf mois plus tard, voici donc la première étape d'Eole, ligne E du RER, entre St-Lazare et Chelles.

Haut de la page

EOLE pratique : plan de la ligne

Le plan officiel ci-contre reprend le RER E qui apparaît en rose (cliquez sur l'image pour l'agrandir - 79 Ko).
(c) SNCF

Plan EOLE

Haut de la page

EOLE pratique : correspondances

Haut de la page

EOLE pratique : fréquences

En heures de pointe
Toutes les 7 à 8 mn de 7h30 à 8h45 (au départ de Chelles)
et de 17h00 à 18h30 (au départ de Haussmann-St Lazare)
Tous les 1/4 h entre Villiers et Haussmann-St Lazare

En heures creuses
Tous les 1/4 h entre Chelles et Haussmann-St Lazare
Tous les 1/4 h entre Villiers et Haussmann-St Lazare

Entre le 14 juillet et le 30 août 1999, il y aura un peu moins de trains, puisque seule la branche Chelles sera en service (environ 8 trains en pointe et 6 en heure creuse).

Lors des heures de pointe, des circulations entre les gares Magenta et Haussmann complèteront la desserte qui comptera ainsi, sur le tronçon central, 12 trains par heure dans chaque sens (soit un train toutes les cinq minutes). Cette fréquence pourra être portée à 16 trains (un toutes les trois minutes et demi). Pour mémoire, la fréquence « normale » du RER dans Paris est de 24 trains (toutes les deux minutes et demi), et Eole sera à long terme soumise à cette norme.

Haut de la page

EOLE pratique : temps de parcours

Branche Chelles : de Haussmann-St-Lazare à : Magenta 3' Noisy-le-Sec 11' Bondy 14' Le Raincy 17' Gagny 20' Chênay-Gagny 23' Chelles-Gournay 27'

Branche Villiers : de Haussmann-St-Lazare à : Magenta 3' Pantin 8' Noisy-le-Sec 13' Rosny-Bois Perrier 16' Rosny-sous-Bois 19' Val de Fontenay 23' Nogent-Le Perreux 26' Les Boullereaux-Champigny 29' Villiers-sur-Marne-Le Plessis-Trévise 33'

Les gains de temps observés entre le quartier St-Lazare et les gares de la banlieue Est sont les suivants :

Haut de la page

Améliorations et extensions

La liaison Eole mise en service cet été 1999 apparaît bien modeste par rapport au projet définitif et a fortiori aux extensions souhaitables que l'Ami Durail ne manque pas de suggérer !

À court terme, ce sont le site de l'Evangile et la gare de Noisy-le-Sec qui sont concernés par les prochains projets.

À plus long terme justement, le dernier Contrat de Plan État / Région Île-de-France prévoit logiquement le prolongement d'Eole jusqu'à Tournan (en 2002) et Meaux (sans date), ainsi qu'une troisième branche au sud à partir de Nogent-Le Perreux, sur une dérivation de la GC Est : vers Le Plant-Champigny (cette antenne aurait dû être mise en service dès la première phase), puis sur la partie de la GC jumelée aux voies RATP de la branche Boissy du RER A : Champigny, La Varenne-Chennevières.

Eole prétendant être la deuxième transversale est-ouest après la A, reste les dessertes occidentales : le tunnel Magenta Haussmann devrait être prolongé vers Pont Cardinet, sur la banlieue St-Lazare. Ce prolongement est actuellement ajourné pour des raisons budgétaires, et ne devrait pas voir le jour avant 2006 au mieux. Ainsi les MI 2 N pourront-ils continuer vers l'ouest, en l'occurrence les voies du « groupe II » vers La Défense (le troisième point de contact avec le RER A, après Val de Fontenay et Haussmann / Auber), St-Nom-la-Bretèche (branche prolongée jusqu'à St-Germain-GC) et Versailles-RD.

Dans cette optique, il apparaît hautement souhaitable et logique mais cela ne figure curieusement dans aucun projet que la liaison La Défense La Verrière (mise en service en 1995), qui emprunte elle aussi une bonne partie du « groupe II St-Lazare », soit intégrée dans les dessertes Eole, afin d'offrir une deuxième ligne de RER (après la C) à la ville nouvelle de St-Quentin-en-Yvelines, très important « pôle de développement », comme l'on dit, de l'Ouest francilien.

Enfin, les différents projets de décongestion du RER A des années 1987/88 prévoyaient entre autres une liaison Torcy St-Lazare via les gares Nord/Est, moyennant un raccordement (RER A RATP / banlieue Est SNCF) évitant Val de Fontenay : il est dommage que cette idée, qui a étroitement inspiré Eole, n'ait pas été reprise. En effet, cela aurait permis (permettrait, car il n'est jamais trop tard !) aux usagers de la branche Marne-la-Vallée du RER A d'avoir un deuxième accès vers Paris sans changement à Val de Fontenay, toujours dans le cadre du soulagement du RER A.

Voir la rubrique Eole du site de la SNCF.

Haut de la page